Les analyses de césium radioactifs réalisées à différentes périodes en 2015 font penser que la concentration dans les carpophores varie considérablement durant la même saison, parfois plus que les variations interannuelle.